Autisme-Economie.org
Chercher
forum Chercher

2000

 fr 
Dans la même rubrique

Juin 2000
L’enseignement de la science économique en débat. Enfin !

Dernière modification
23 novembre 2006
info visites 1429

Texte de soutien aux étudiants

Le malaise ressenti par un certain nombre d’étudiants en sciences économiques (c.f. Le Monde du mercredi 21 juin 2000, p. 8) fait écho à celui que ressentent certains enseignants-chercheurs.

La discipline est en effet divisée : une majorité de chercheurs (et donc d’enseignants) travaille dans le cadre de la théorie néoclassique — qualifiée, pour cette raison, de théorie dominante, standard ou orthodoxe —, une minorité (non négligeable cependant) travaille dans d’autres cadres théoriques — théorie de la régulation, théorie des conventions, théorie évolutionniste, théorie néo-institutionnaliste, etc. — ou, plus radicalement, dans une perspective critique de la théorie néoclassique.

Aucune de ces théories ne détenant la vérité, chacune d’elle connaissant des limites, et toutes comportant une dimension idéologique, il semble que ce pluralisme des approches soit irréductible. Et c’est une bonne chose, une bonne chose pour stimuler la recherche, une bonne chose pour les étudiants : l’université est en effet avant tout un lieu où l’on devrait apprendre à réfléchir et, ce faisant, à acquérir une certaine autonomie intellectuelle ; or quel meilleur moyen pédagogique à cette fin qu’une confrontation des différentes théories ?

Pourtant ce n’est pas ainsi que se traduit ce pluralisme. Si certains enseignants-chercheurs (et de toutes tendances) se battent pour maintenir la diversité (et ce, tant lors des recrutement de collègues, que lors de l’élaboration des maquettes de programmes proposés aux étudiants), d’autres, convaincus de la supériorité de leur position, adoptent une attitude pour le moins dogmatique.

La position des théoriciens néoclassiques est, à cet égard, tout à fait particulière, et ce, pour plusieurs raisons :

- la théorie néoclassique est, on l’a dit, la théorie "dominante" ; au niveau de l’enseignement, il pourrait donc paraître légitime de lui accorder une place plus importante qu’aux autres théories, voire toute la place possible ; au niveau de la recherche, les revues offrant une large place à cette approche théorique sont souvent qualifiées de "grandes", de "sérieuses" voire de revues "de qualité" ;

- la théorie néoclassique étant la seule qui soit axiomatisée, certains y voient le signe qu’elle est par là-même la seule théorie économique véritablement scientifique.

Bref, la dérive est facile de voir, dans la "domination" et l’"utilisation des mathématiques" des signes de "légitimité", de "qualité" et de "scientificité" de la théorie néo-classique, et, par opposition, de considérer les théories non néoclassiques, comme des théories moins légitimes, de moindre qualité, voire comme de simples discours idéologiques. Et c’est effectivement ce que l’on peut entendre, de façon plus ou moins explicite, lors de l’élaboration des programmes ou lors du recrutement des enseignants-chercheurs. C’est d’ailleurs ce qui explique que, parfois, pour reprendre les termes de la "lettre ouverte" parue dans Le Monde du 21 juin dernier, "parmi toutes les approches en présence", "une seule" soit présentée aux étudiants "comme s’il s’agissait de LA vérité économique".

Nous voudrions donc dire à tous ces étudiants :

- que nous ne sommes pas tous sur la position qu’ils dénoncent,

- que nous leur savons gré de l’intérêt qu’ils portent à la discipline et du débat que, nous espérons, ils ne manqueront pas de susciter,

- et que, pour les raisons explicitées plus haut, nous soutenons sans réserve leur appel à la réflexion et au pluralisme des approches en économie.

Joëlle Farchy (université Paris 11)
Olivier Favereau (université Paris 10)
Sophie Jallais (université Paris 1)
El Mouhoub Mouhoud (université Paris 13)
Nadine Richez-Battesti (université Aix-Marseille 2)
Isabelle This-Saint-Jean (université Paris 1)
Hélène Zajdela (université d’Evry)

 
Autisme-Economie.org > Les Textes > Enseignants et Auteurs > Textes de soutien
 
 
Autisme-Economie.org - Site réalisé avec SPIP par Siloh.